4 avril 1846, naissance d'Isidore Ducasse à Montévidéo.

Publié le 4 Avril 2008

     Il n'est pas né à Tarbes mais il y a vécu d'octobre 1859 à septembre 1863 avec toutefois une incertitude entre août 1862 et septembre 1863.  Il y est revenu après son bac, de septembre 1866 à mai 1867. Ensuite il s'embarquait pour un court séjour à Montévidéo avant son retour et installation à Paris... Il mourra en son domicile parisien le 24 novembre 1870 à l'âge de 24 ans.
    En 1868, paraissait le premier des Chants de Maldoror par ***.  Le nom de "Comte de Lautréamont" n'apparaîtra pour la première fois qu'en 1869 sur une édition belge des Chants de Maldoror, qui ne sera jamais diffusée en l'état.
    En 1874 cette première-seconde édition originale sera diffusée avec une nouvelle couverture par le libraire éditeur installé à Bruxelles qui en avait racheté le stock, Jean-Baptiste Rozez, originaire d' Ossun près de Tarbes ! Et la boucle était bouclée...



Quelques unes de ces phrases sur la poésie extraites de ces ouvrages Poésies I et Poésies II (1870) :

Il existe une convention peu tacite entre l'auteur et le lecteur, par laquelle le premier s'intitule malade, et accepte le second comme garde-malade. C'est le poète qui console l'humanité!  Les rôles sont intervertis arbitrairement.

La poésie n'est pas la tempête, pas plus que le cyclone! C'est un fleuve majestueux et fertile.

La poésie est la géométrie par excellence. Depuis Racine la poésie n'a pas progressé d'un millimètre.

La poésie doit avoir pour but la vérité pratique.

La poésie doit être faite par tous. Non par un. Pauvre Hugo! Pauvre Racine! Pauvre Coppée! Pauvre Corneille! Pauvre Boileau! Pauvre Scarron! Tics, tics, et  tics...

Publié dans #Digressions

Commenter cet article