Disparition du buste de Théophile Gautier au jardin Massey de Tarbes

Publié le 16 Janvier 2008

 

Cette sculpture du poète réalisée par sa fille Judith, se trouvait depuis plus de cent ans dans le Jardin Massey de Tarbes, sa ville natale. Elle a disparu de son socle depuis plusieurs mois. Vol, collectionneur, fétichisme, restauration? Mystère.  Nous attendons donc dans l'angoisse le retour du buste fugueur ou tout au moins quelques nouvelles.

socle-th--o.JPG
Socle sans Théophile, jardin Massey de Tarbes.

En attendant méditons les vers parmi les plus célèbres de notre poète:

Tout passe. - L'art robuste
Seul a l'éternité.
Le buste
Survit à la cité.

(ext de l’Art, Emaux et Camées, de Théophile Gautier, 1852)

 

Et nous de rajouter un extrait d’une chronique de Tristan Derème sur quelques jeux poétiques :

« … Il me souvient de la strophe la plus célèbre de Théophile Gautier où notre cher Fagus avait pris plaisir à glisser les deux mots : « chanta Gautier », comme l’on grave au flanc d’une maison le nom de l’architecte :

 

Tout passe. L'art robuste

Seul a l'éternité,

Chanta Gautier : le buste

Survit à la cité.

 

(Midi, L’escargot bleu, Bernard Grasset 1936)

 

 

Plus de buste, plus de cité? Tarbais ! Méditons…

Publié dans #Tarbes

Commenter cet article